dimanche 7 avril 2013

Kája Saudek : l'inconnu du Batalion

(Le cas "Karel")

http://www.kajasaudek.cz/

 J'ai cru être victime d'une hallucination ou au mieux d'une arnaque à touristes quand, en flânant dans les rues de Prague, je suis tombé sur ce "Comics Muzeum", tout au bas de la place Vanceslas (Václavské náměstí).


Non, après vérification, je n'avais pas abusé de la Budvar : ce bar abrite bel et bien à l’étage un petit musée privé, entièrement dédié à l’œuvre de Karel-Kája-Saudek, le "roi de la BD tchèque", découvert seulement quelques jours plus tôt au musée d'art moderne.


 Si Karel Saudek reconnait l'influence de Disney, Crumb et Corben, le côté "pop", hyper-marqué "sixties/seventies" de ses planches et illustrations m'a surtout fait penser aux comics d'Al Capp, de Dave Stevens et peut-être de Dan De Carlo, mais surtout aux bandes de Georges Pichard, Jean-Claude Forest, Guido Crepax, Hugo Pratt, Serge Clerc et Denis Sire première époque et même Jamie Hewlett : visite indispensable donc, si vous êtes de passage à Prague, pour découvrir le talent de ce Kája Saudek qui n'aurait pas fait tache, ni à Métal Hurlant ni à Pilote, mais qui reste pourtant mystérieusement ignoré de mes encyclopédies... Il faut dire que la BD tchécoslovaque n'y est même pas mentionnée !











Brève bio :

Un des nombreux auto-portraits parsemant l'œuvre de Saudek

 Né en 1935, Saudek commence bien sa vie en revenant vivant d'un camp de concentration en Pologne. Plus tard, il réalise des affiches et des illustrations pour des magazines, mais c'est grâce à ses bandes un peu trop orientées à l'ouest qu'il se fait remarquer par le régime communiste. Il est interdit d'exercer et même condamné à de la prison pour pornographie : seuls les deux premiers volumes de Muriel et les anges, un grand projet de SF initialement prévu en onze volumes, verront le jour. Saudek travaille alors dans l'animation où il est plus facilement contrôlable, ce qui ne l'empêchera pas de voir son travail de nouveau censuré, et signe quelques BD, que lui commande la société de spéléologie tchécoslovaque à partir de 1979.



En 1989 éclate la révolution de velours : l'afflux de biens de consommation occidentaux sera plus efficace que la censure communiste pour rendre le travail de Saudek invisible.


 En avril 2006, alors qu'il joue avec sa petite-fille, Saudek fait une dernière fois fausse-route et est victime d'un accident vasculaire cérébral. Il est dans le coma depuis.


Pas de catalogue hélas, mais quelques cartes postales sont en vente à la librairie du musée :





Un extrait d'une encyclopédie de la BD tchèque


Quelques liens :
http://cs.wikipedia.org/wiki/K%C3%A1ja_Saudek
http://www.komiks.cz/detail.php?action=autor&id=29
http://www.comics.cz/clanky/profil-saudek.html
http://komix.kvalitne.cz/saudek.htm
http://www.jedinak.cz/stranky/txtsaudekk.html
http://kultura.idnes.cz/kreslir-kaja-saudek-bojuje-v-nemocnici-o-zivot-f4r-/vytvarne-umeni.aspx?c=A060421_482562_show_aktual_kot

5 commentaires:

Zozo Bozozio a dit…

L'affiche de Barbarella est assez connue ; pour le reste, belle découverte !

Hobopok a dit…

Tâche donc d'arranger cette tache (qui pour le coup le fait un peu).

Totoche Tannenen a dit…

à Zozo : Karel ? Sans déc ?
à Hobopok : Désolé, j'ai dû me relâcher inconsciemment après "Václavské náměstí".

Li-An a dit…

Je connaissais en effet la belle affiche Barbarella. Il a fait des trucs vraiment sexy. Dommage qu'il n'y ait pas un catalogue.

Florian a dit…

Super découverte! Du sexy et du beau lettrage 70's fait main comme on en fait plus assez...