samedi 14 juin 2008

Eclectik-à-Brac




Profitant à la fois de la sortie de "l'album-collectif-hommage-de-ses-confrères" intitulé "Rubrique Abracadabra", et du comme-baque en librairie de Superdupont avec Lefred-Thouron et Solé aux manettes, Rebecca Manzoni est allée interviewer, pour son émission Eclectik, une des idoles de notre enfance (la mienne en tout cas !) : j'ai nommé Ze Marcel Gotlib hymne-sailfe !
L'émission restant disponible à l'écoute 45 jours après sa diffusion initiale, je vous invite donc à ne pas trop trainer si vous l'avez ratée le 7 juin 2OO8 et à vous rendre illico sur le site de France Inter.



Captivé par la voix envoutante de la journaliste, associée à celle, facétieuse, du créateur de "L'Echo des Savanes" et de "Fluide Glacial" à qui on ne donnerait jamais son âge devant la fraicheur de ses propos (et du nombre de "conneries" qu'il raconte !) , on regrette simplement que l'enregistrement ne dure qu'à peine plus d'une demi-heure.



Je connaissais déjà son admiration pour Georges Brassens et bien évidemment René Goscinny avec qui il créa pour Pilote, en 1963, "les Dingodossiers" (que ma maman m'interdisait de lire "parce que c'est plein de fautes d'orthographe", je m'en souviens encore !) , mais je reconnais avoir fait une superbe découverte lorsque Gotlib a cité le musicien et acteur étasunien Spike Jones comme une des ses influences majeures.
Bon ! C'est vrai qu'une fois qu'on l'a écouté, cela parait évident ! Jugez par vous-même :





Quant à la chute du reportage, mettant en scène Gotlib et sa déclaration d'impôts, elle est digne d'un des meilleurs gags de Daniel Goossens !!! ... Mais je ne vous en dirai pas plus, il faut l'écouter pour se poiler !

Brandie face aux caméras de TV par Bernard Pivot lors d'un "Apostrophes" consacré à Hergé,
cette couverture fit exploser les ventes du n° 21 de Fluide Glacial.
L'original orne aujourd'hui les murs de l'atelier de Gotlib.


Pour les inconsolables dont je fais partie et qui regrettent que Gotlib ait balancé sa table à dessin à la décharge, je signale qu'il a fait une exception en dessinant, en collaboration avec Tébo et Zep, 2 planches inédites de SuperDupont pour le 4e tome de "L'inoxydable" Captain Biceps.

10 commentaires:

Li-An a dit…

J'ai failli chroniqué cet album (histoire de mettre des notes à mes petits camarades). On peut noter aussi un livre autobio de Gotlib.
Mais, bon, je ne suis pas un fou furieux de son travail. Il y a des choses que j'aime beaucoup et d'autres que je trouve trop bavardes.

Oslav Bpum a dit…

J'ai eu la chance de rencontrer ce grand monsieur. C'est quand même triste, un dessinateur qui ne dessine plus...

Li-An a dit…

C'est peut-être signe de grande sagesse...

totoche a dit…

C'est très bien qu'il soit sage, mais moi je préfère quand il déconne !

totoche a dit…

Oslav > La prochaine fois, appelle-moi si tu as besoin de quelqu'un pour te tenir le micro, ou la caméra, ou la torche, ou les sandwiches, ou ... :-)

totoche a dit…

... ou compagnie.

Hobopok a dit…

J'aurais aimé trouver à propos de l'album hommage collectif que Totoche mouille un peu sa chemise avec une petite critique. Pour ma part, et nonobstant toute l'admiration que je peux porter à Gotlib, j'ai reposé l'objet horrifié après l'avoir feuilleté. C'est, comme souvent pour pareil exercice, assez gentiment minable, et franchement vain. Ça devrait donc se vendre.

Malgé la piètre qualité de la maquette et les injures faites à l'iconographie, on peut conseiller la biographie-interview de Gotlib réalisée par Gilles Verlant sous le titre Ma vie en vrac. Passionnant malgré tout.

Totoche Tannenen a dit…

Hobopok > Je n'ai pas lu la "Rubrique Abracadabra" qui n'était pas le sujet du billet et que j'ai mis là uniquement pour faire joli.
Quant à la biographie, j'en étais resté à "Sur les traces de Marcel Gotlib" de Frémion ...
Je serais plus tenté par son autobiographie "J'existe, je me suis rencontré", chez Flammarion.

Hobopok a dit…

Qui a juste l'inconvénient d'être un tout petit peu introuvable.

Li-An a dit…

Tiens, je l'ai refeuilleté pour voir et je suis moins sévère que Hobotrok.
Si certaines histoires sont ridicules (je ne dénoncerai pas) une bonne moitié s'en tire bien -Blutch, Goossens, Boucq, etc... Pour un collectif, c'est pas si mal (à comparer avec le Mai 68 que je n'ai pas pu terminer).