samedi 5 décembre 2009

Au Nom du Père, du Salsifis et du Sain d'Esprit


Excommunié par le magazine Okapi, l'épatant Jules (de l'irrévérencieux -?- Émile Bravo) fait son retour en kiosques cette semaine dans les pages de Spirou, en compagnie de son cochon d'Inde, de son crétin de frère, de son beauf' de père et de tout son petit monde plus vrai que nature.

Je me suis donc précipité pour acheter ce n° 3738 ; mais quelle déception en découvrant que l'épisode proposé n'est pas un inédit, mais "seulement" La Question du Père, le cinquième épisode de la série, post-publié donc.


Je ne suis pas contre le fait de faire re-découvrir le patrimoine des éditions Dupuis aux jeunes générations qui ne connaissent Billy the Cat, Boule et Bill, Lucky Luke et Spirou et Fantasio que via les dessins animés ; mais tout de même, La Question du Père n'est paru en album qu'en 2006, et chez Dargaud, d'ailleurs...
C'est peut-être un peu abuser de le mettre en une, non ?

Bon, ça ne sert à rien de ronchonner, La (catholiquement incorrecte) Question du Père reste mon Épatante Aventure de Jules préférée.


Comme pour chacun des albums de la série, Émile Bravo se base sur une interrogation scientifique avant de partir dans des délires scénaristiques où l'on peut aussi bien croiser le Capitaine Flam que des extra-terrestres en forme de salsifis. Ici, il sera question d'ADN : Jules s'interroge sur son hérédité, s'inquiétant de savoir si son abruti de père est réellement le sien. De fil en aiguille, il en arrivera à se poser d'autres questions... sur d'autres "pères".


C'est sans doute l'une de ces questions insupportables qui valut à Jules les foudres d'Okapi, qu'Émile Bravo définissait pourtant en 2005 dans Patate Douce comme "un journal d'information pour les enfants assez bien fait et pas du tout cul-béni, catho comme les gens pensent souvent". Il ne serait pas inintéressant de lui re-demander ce qu'il en pense aujourd'hui...

le septième numéro de Patate Douce
contient une interview d'Émile Bravo
enrichie de cinq planches crayonnées
des aventures de Jules

Tant pis donc pour les vieux cons comme moi, la couverture aurait dû me faire tiquer : "Heu... Attends, "nouveau venu", c'est pas vraiment ça..." !
Ils se consoleront avec une interview de Jules par un Spirou, un peu dépassé, sous la forme de huit petits Hauts de Pages hilarants !


... et tant mieux pour les jeunes cons qui ne connaissaient pas encore Jules, ils pourront montrer à leur parents qu'il n'y pas que le sexe qui les intéresse et qu'on pourra leur offrir d'autres albums que ceux de Titeuf à Noël.

******
En parlant de sexe...


La Loi du Plus Fort ne compte que cinq pages. Parue dans le n°3653 en avril 2008, c'est pourtant un des épisodes de Spirou qui m'a le plus impressionné (oui, même ceux de Nic Broca et de Munuera, et je pèse mes mots). Émile Bravo y aborde, tout en subtilité et avec un humour glacial, le thème des prêtres pédophiles. Je dis bra... chapeau.

******


(Merci à Didier Conrad pour m'avoir fait découvrir Jules)

11 commentaires:

grelots a dit…

Super article.... très très bien brossé...
Bravo (je sais c'est toujours facile...)
Amitiés
JM
PS: Merci pour le lien vers le blog

grelots a dit…

Je viens de faire un petit renvoi sur le blog... sur ton article.
Bonne fin de WE
JM

Totoche Tannenen a dit…

Bonne digestion.

grelots a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
grelots a dit…

lol... bien vu...

Li-An a dit…

Ben moi je ne l'ai même pas fini cet album. J'ai adoré Jules et petit à petit, ça m'a pris la tête. Des discussions de plus en plus absconses et surtout des persos qui tournent à la caricature d'eux-même. Même Largo Winch, il a le droit d'évoluer un peu (il change de nana).

Totoche Tannenen a dit…

Dans "Panade à Champignac" aussi les personnages sont une caricature d'eux-mêmes, c'est pourtant un des (le ?) sommets des Spiroux. C'est un des principe de la comédie, non ?

Je trouve étrange la 2e partie du commentaire : le personnage de La-Ti-Do, lui non plus ne change pas !
Bon, c'est vrai que cette série a connu moins d'albums : il faut dire aussi que les personnages n'étaient qu'une caricature d'eux-même, ce qui a n'a pas dû manquer de décontenancer l'exigeant lectorat du Marg'...
Sans compte que le héros n'était pas non plus un "Largo Winch"

Arf ! Arf ! (avoue que tu l'as cherché)

Raymond a dit…

Eh bien pour ma part, je suis un fan de Jules. Il m'est difficile de choisir un album de préférence, car j'aime toute la série.

Ce qui me chagrine, c'est que je l'ai fait lire à mon fils, et qu'il l'a un peu dédaignée. Serait-ce une série pour les vieux comme nous ?

grelots a dit…

Salut raymond... moi c'est mon fils de 8 ans à l'époque qui me l'a fait connaitre.... re-présente le lui... c'est pas possible qu'il n'aime pas...
A+

Totoche Tannenen a dit…

Sinon, essaie Largo Winch...

Li-An a dit…

Ah tiens, je vois que tu as essayé d'être méchant (mais c'est raté :-)). Je ne vais pas remettre une couche, je laisse les gens se régaler avec Spip qui déclenche la Seconde Guerre Mondiale (et Champignac l'Holocauste, c'est pour quand ?).