jeudi 17 juillet 2008

Léopold "César" Senghor




Musique de fond à lancer avant de commencer à lire les lignes suivantes :
:-)



"Attention, mesdames et messieurs et les petits z'enfants, ce soir dans votre ville, et ce soir seulement, ne manquez, sous aucun prétexte, la dernière représentation du Cirque Astropof avec : les célèbres Caniches Royaux de Ghezzi, les extraordinaires champions de l'acrobatie Vic et Adio, venus tout droit du Brésil, l'énorrrrrme éléphant volant, l'ineffable Zozo le clown,
et bien sûr, celui que vous attendez tous, le favori des enfants, dans une formule inédite : j'ai nommé le grand, le très grand, l'unique, le féroce....... :

César, le Roi de la Savane !"


Vous vous souvenez tous de cette annonce, braillée au mégaphone, en bas de chez vous, pas plus tard qu'hier ...
Et bien pour voir César, c'est raté.
En effet, le lion est mort ce soir ...


Non, non, les amis ! Je ne dévoile pas la fin !
C'est bien du début de l'histoire dont il s'agit !
Ah la la, ça m'a fichu un choc ma bonne dame ! Pensez donc ! J'achète ce petit bouquin de la collection Shampooing, qui ne paye pas de mine, sur les conseils de mon libraire préféré et paf ! V'là t-y pas que le héros meurt à la première page, dis-donc !
Cela ne m'était pas arrivé depuis l'accident mortel de Chuck Willys, renversé en 1980 par une Jeep dès la deuxième case de "Matricule triple Zéro", le zéroième tome des mythiques Innommables de Yann et Conrad.


Bon, ben, qu'est ce que je fais ... Je continue quand même la lecture (après tout j'ai payé, flûte !) .
Et là ... : merveille !


Je n'ai pas pu lâcher cette histoire avant la fin, découvrant au fur et à mesure de la lecture une histoire plus complexe que ne le laissaient supposer de prime abord ces dessins faussement naïfs au trait minimaliste sans plein ni délié, ces personnages animaliers aux rondes bouilles, ces couleurs "mal imprimées"et défraichies, cette typographie faite "à la main", ces bords de cases tracés à la scie sauteuse, cette affiche de cirque ringarde en guise de couverture au lieu de la rituelle pétasse-blondasse-connasse (c'est pareil) à bonnet D en contre plongée brandissant une épée, une mitrailleuse, ou un sabre-laser ...


Certes, le procédé consistant à buter le héros d'emblée n'est pas très noble puisqu'il plonge immédiatement le lecteur dans l'intrigue et lui interdit toute idée de reposer le bouquin au bout de quelques pages, mais il a le mérite d'être efficace : je ne compte en effet plus les albums que j'ai abandonnés en cours de route, ne me servant plus à présent qu'à allumer le barbecue (non, non, n'insistez pas, je ne citerai pas de nom !).


Les incessants flashbacks et les multiples points de vue des différents protagonistes, certains étant même interviewés, n'alourdissent nullement le récit qui reste d'une exemplaire fluidité, mais l'enrichissent au contraire, lui donnant de la profondeur, lui apportant de multiples niveaux de lecture, conformément au souhait du directeur de collection Lewis Trondheim : cette histoire, tout autant que les Astérix et Obélix, devrait ravir autant les gamins (qu'ils sachent lire ou non) que leurs parents.
La "lettre ", inattendue et troublante de véracité (?), m'a particulièrement ému ...


Les "louseurs", "handicapés de la vie", et autres "immigrés de deuxième génération" paumés dans ce monde ultra compétitif pourraient bien y trouver un rayon de soleil au milieu de cet été maussade.


Cette première bande dessinée du jeune strasbourgeois Daniel Blancou, connu jusque-là pour ses nombreuses "illustrations pour la jeunesse" ainsi que pour sa BD-blog "La Gale* et la Fourmi (*démangeaisons produites par le sarcopte ", proche cousine du "Nico Shark" de Frantico, est donc une des plus jolies histoires que j'ai pu lire récemment : ne passez surtout pas à côté !

------

Mise à jour du 30 juillet 2008 :



Plan B(d)
(Mâtin, quel blog !) publie seulement aujourd'hui une interview exclusive réalisée il y a deux semaines par le jeune stagiaire Nick Thammer, envoyé spécial dans la banlieue de Strasbourg.
Ce retard, indépendant de notre volonté, est simplement dû au fait que sa voiture de fonction (bien qu'ayant passé récemment le contrôle technique) est malheureusement mystérieusement partie en flammes la veille de son retour.
N'écoutant que son courage, Nick a néanmoins pu sauver, au péril de sa vie, quelques feuilles de notes du brasier, que nous avons pu reconstituer tant bien que mal.

Si tu peux nous lire depuis ta chambre d'hôpital, Nick, sache que toute l'équipe de Plan B(d) te souhaite un prompt rétablisement, et que ta lettre de licenciement ainsi que la facture pour la voiture et le matériel t'attendent chez la comptable.

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture :

Nick Thammer : "Bonjour Mr Blancou, euhhh voilà, j'aurais 2-3 questions débiles à vous poser au sujet du "Roi de la Savane", une des plus belles bandes dessinées que la rédaction de Plan B(d) ait lu ces derniers temps (enfin, c'est ce qu'ils m'ont demandé de dire ...)

Daniel Blancou : Merci. Je l'ai écrite pour que ça touche, alors tout va bien.

N.T. : La "lettre d'adieu" nous a particulièrement ému, ce d'autant qu'on ne s'y attend pas et que l'on devine qu'il y a du vécu derrière ... Comment avez-vous eu l'idée de ce récit ?

D.B. : J'avais déjà créé le personnage de César il y a quelques années et avais
fait quelques strips pour Tchô! Magazine. J'aimais beaucoup ce
personnage mais ne voulais pas proposer une série à un éditeur. Je
préférais raconter un moment fort de sa vie. J'ai donc décidé de
commencer lors de son décès. Au moins on n'en parlerait plus.

De plus je ne voulais pas me cantonner à un registre uniquement

humoristique et voulais tenter quelque chose de tragicomique en abordant
des thèmes profonds (tout du moins pour moi).
Je me suis d'ailleurs rendu compte que lors des enterrements, on évoque
plutôt les bons moments passés avec celui qui vient de disparaître. On
cherche plutôt à rire. J'ai donc tout de suite pensé à l'alternance
entre des scènes passées et présentes, entre scènes tristes et drôles.

N.T. : Est-il inspiré d'un fait réel précis ?

D.B. : Cette histoire m'est venue au moment où ma grand-mère venait de décéder.
Le thème du deuil s'est donc imposé à moi assez naturellement. Avant de
partir elle a souvent demandé à ce que l'on ne soit pas triste. Écrire
un livre humoristique sur la perte de quelqu'un était aussi une façon de
tenir ma promesse.

N.T : Pourquoi avez-vous choisi le monde du cirque ? Pourquoi le nom "Astropof" ?

D.B : Je n'y ai pas trop réfléchi. J'aime bien le cirque, c'est un univers qui
me fascine et qui paradoxalement me déplait aussi par certains aspects.
C'est assez riche. Je me rends compte qu'il permet d'aborder des thèmes
forts comme la mort, la famille, l'attachement, etc...

Par ailleurs, j'aime beaucoup travailler mes histoires avec des animaux.
Dans "le Roi de la Savane" pas besoin d'expliquer pourquoi César veut
être féroce. C'est un lion, tout le monde sait ce que c'est.

Lors des 24h de la bande dessinées 2008, la contrainte qui parlait de
famille m'a incité à utiliser le cirque. Je venais d'ailleurs de
terminer l'album la semaine précédente. Faire une nouvelle histoire dans
ce microcosme m'a donné envie de continuer."

Voilà, c'est tout : Express BD et Klare Lijn International n'ont qu'à bien se tenir !
Plan B(d) arrive sur le marché de l'interview ! Tatsoinnn ! Ça va saigner.

Vous pouvez à présent aller découvrir en intégralité l'histoire de Daniel Blancou réalisée pour les 24h de la bande dessinées 2008 en cliquant sur ce lien.

Merci beaucoup de votre patience Mr Blancou !

11 commentaires:

Boyington a dit…

C'est sans doute sympa, mais comme je suis...trovieu, snif, j'accroche pas vraiment aux images faussement naïves :-(

Totoche Tannenen a dit…

Papy >
Jeune con, je me suis fait trop souvent avoir avec ces BD aux images "sophistiquées" sans intérêt qui encombrent inutilement ma bibliothèque.
J'ai fini par comprendre au bout de toutes ces années que, sans un scénario digne de ce nom, je n'arrivais plus à lire de bande dessinée.
Quand on était mômes, on ne nous avait pas encore appris ce qui était "bien" ou "mal" dessiné, c'était l'histoire qui importait. Quand je lis des histoires au fils de mon meilleur ami pour qu'il s'endorme, il ne les regarde même pas, ces images. Elles sont dans sa tête.
On ne peut pas dire non plus que les dessins de Reiser soient "léchés", cela empêche-t-il pourtant ses histoires de faire mouche à chaque coup ?

Je sais que ce n'est pas facile, mais il faut parfois se forcer à sortir un peu des sentiers battus : quelle petit bonheur quand on découvre, tout seul, une nouvelle perle !
Je ne veux pas avoir l'air de te donner de leçon, juste un conseil d'ami : si je te parle de ce livre, c'est qu'à l'origine, je n'avais pas plus envie de l'acheter que ça non plus, je le reconnais ...

Non, crois-moi, la lecture du "Roi de la Savane" est un bain de jouvence : il te fera gagner 10 ans au moins, tes cheveux blancs s'atténueront, et ton arthrose te fera moins souffrir (je le jure sur la tête à Totoche, j'en ai fait l'expérience !) !
De plus, tes gamins (ou tes neveux, ou les gamins de tes amis, peu importe ...) se rappelleront longtemps de Papy Boyington qui leur lisait les exploits du lion César lors des veillées près du feu ...

(au fait, as-tu fini par lire le "mal dessiné" Persépolis de Marjane Satrapi ?)

Bonne lecture et encore merci pour tes visites et tes commentaires : j'ai ainsi moins l'impression d'être un vieux con qui radote tout seul dans son coin :-)

Boyington a dit…

Oh dis-donc, hé Totoche, t'emballes pas comme ça, là. Moi y en a être éclectique dans mes choix de bouquins, en BD comme en livres. Je ne suis pas non plus un fou d'images sophistiquées, hein, des fois. D'ailleurs j'adorais et j'adore Reiser, et d'autres foufous du genre. Mais bon, faut que ça me tape à l'oeil assez vite quand je me balade dans les bacs, et là je crois que c'est pas ce que je prendrais tout de suite. Mais je le redis: ca a l'air sympa...(et je pense à l'histoire en redisant cela.) Pis pour les scénar., j'suis de ton avis: pour moi une BD de qualité c'est deux choses, un bon scénar. et des images et planches...qui accrochent :-) Mais c'est physique, un graphisme qui me déplait d'office, et j'ai du mal à entrer dans l'histoire. Toute façon, c'est clair que tant qu'on n'a pas le livre en main, on ne peut pas vraiment préjuger.
Bon sinon, ton meilleur ami en a de la chance, enfin son fils, qui trouve encore en cette époque de brutes quelqu'un d'aussi sympa, pour lui raconter "comme avant" des belles histoires pour s'endormir.
Après, Persépolis c'est pas core fait. Mais ça viendra. Je suis trop dans un trou dans ma campagne pour trouver tout rapidos, et j'ai tellement plein de livres et BD à lire en ce moment, j'en sors plus! Manque de jours dans l'année.
Voilà, voilà, content aussi de trouver de bons blogs comme le tien et celui de Li-An (et les autres, mais j'ai pas assez le temps misot pour aller quère partout, faut comprindre, hein!)
En plus j'ai qu'des bêtises à raconter, alors :-(...
PS: t'avais une revue en vue(!) à faire paraître si j'ai bien lu quéq'part. C'était quoi, si je peux me permettre?
Bon, il est tard là, non? Ah ben non, il est tôt au contraire. Bonne nuit à tous les insomniaques et à toutes les belles filles aux gros seins qui parcourent le blog de Totoche, sans oser laisser de messages,les timides.

Li-An a dit…

Ah ben j'avais hésité à le lire, mais tu m'as convaincu (surtout que je peux l'avoir gratos en me démerdant bien).

Li-An a dit…

Suivi.

Totoche Tannenen a dit…

Boyington >
Merci de ta discrétion : non seulement Mme Totoche va encore me faire un flan ... Mais en plus tu vas les faire fuir ! (pour une fois que ça avait l'air de marcher)

Li-an > "suivi" ???

Li-An a dit…

Désolé Totoche mais quand je me connecte sur ton site, je ne peux pas m'abonner directement à la discussion, il me faut au moins un commentaire posté (tiens, je crois deviner pourquoi).

Boyington le fouteur de merde a dit…

Totoche > Désolé, hein! J'croyais que Mme Totoche était au courant que t'avais un faible pour les filles à gros seins (Oups, pardon, désolé!) Ben comme ça c'est mieux, faut dire la vérité, c'est toujours plus simple après. Elle lit ton blog au fait? Nan, j'dis ça comme ça, parce qu'il est très bien ton blog. D'ailleurs, d'ici quelques mois Li-An risque d'avoir du souci à se faire, tant il y aura de lecteurs et de ...... heu, non, j'ai rien dit.
Bon, dis-donc, t'as pas répondu à ma question du post précédent du coup. J'suis puni? ;-)

Boyington normal a dit…

Li-An > A ton tour d'avoir des blèmes d'accés à un site, lol...

Li-An a dit…

Oui mais là c'est un problème de conception indépendant de mes configurations :-)

Totoche Tannenen a dit…

Boyington >
Je faisais simplement référence à "L'intention", l'hebdo BD que Vivian Lecuivre a essayé de lancer l'an dernier, mais je n'ai rien à voir avec cette revue (non, ce n'est pas moi le célèbre Didier Conrad ;-) ).
cf :
http://planbd.blogspot.com/2008/07/lintention-tait-bonne.html